Hermolaus Barbarus (Ermolao Barbaro) describes an Italian wedding banquet (1488)
French translation by Michael Nostradamus 1552
-- Text: Vne epistre que Hermolaus Barbarus enuoie à Pierre Cara Iureconsulte de Milan, en laquelle il descrit le banquet que fut fait aux nopces du seigneur Triuulce [Title taken from the table]. In: Michel Nostredame (Nostradamus): Excellent & moult utile Opuscule à touts necessaire, qui desirent auoir cognoissance de plusieurs exquises Receptes (...). Lyon (Antoine Volant) 1555, 222-228.
-- Digital version: Thomas Gloning; please report errors, that may have escaped me.
-- (c) You may use this digital version for scholarly, private and non-profit purposes only. Make sure that you do not violate copyright laws of your country.


223

HERMOLAVS
Barbarus enuoie salut à
Pierre Cara iureconsulte
& facondissime
Orateur.

Translatée de Latin en François par
maistre Michel
Nostradamus.

LE seigneur
Triuulce uaillant
home en fait de
guerre, & en
temps de paix a
espousé femme,
une dame Neapolitaine
d'une tresnoble y honorable
famille. Ie suis esté inuité au conuiue,
mais plus tost au soupper pontificial &
sumptueux: mais moy aux premieres
uiandes que feurent apportéez, ie feuz
saoul: & faisois plus du spectateur, que

224

du conuiue. Ie pense qu'il te sera bon &
aggreable, ou aux posterieurs, si ie te
ueulx descrire les mets, & les uiandes, non
pas ainsi que Macrobe enuers les nostres,
ne Atheneus aux Grecz par grandz
uolumes nous a laissé par escrit: mais
tout ainsi qu'un homme occupé, & non
excedant la mesure d'une epistre.

PRemierement l'on donna l'eau a
lauer les mains, mais non pas comme
deuers nous l'on fait tout debout, mais
bien elle feut presentée, quand un chascun
feut assis, & par tout eau rose: en
apres & tout incontinent feurent apportes
le pignolat en tablete & roche fait
de succre, eau rose, & pignons, & puis
apres la tartre & massepan faits de succre,
eaue rose, & amandes, que nous
appellons communement pains Martiens.

Le second metz feurent des esparges
nouuelles.

Le tiers metz c'estoient le coeur, le
foye, & l'estomach des oyseaux, foyage

225

les appellent noz cuysiniers.

Le quatriesme metz la chair de dain
rostie.

Le cinquiesme les testes des ienisses
& ueaux boullies auec leurs peaux.

Le sixiesme chappons, poulailles,
pigeons accompaignez auec langues de
beufz, iambons de truye, le tout bouilly,
adiousté auec la saulce du lymon: ainsi
les cuysiniers Milanoys les appellent,
ce que nous cuysiniers Venitiens appellent
sermiaque.

Le septieme le cheureau tout entier
rosty, à un chascun dens une assiete
d'argent, en forme quadrangulaire, auec le
ius qui se fait des cerises amayres, ou
comme aucuns aiment mieulx appeller,
cerises de laurier, qui se fait en lieu d'une
saulse & condiment.

Le huictiesme tourterelles, perdrix,
faisans, cailles, gryues, bequeficz, & de
toutes manieres de uolataille, mollement
& studieusement rosties, les oliues Salonnoises,

226

colymbades feurent mises en lieu
de condiment.

Le neufuiesme un coq cuit auec le succre
madefié & arrousé auec l'eau rose a
un chacun des conuiuéz dens une petite
platine d'argent concaue, ainsi comme
toutes les autres uaisselles.

Le dixiesme metz c'estoit un petit cochon
tout entier rosty, à un chacun deux
sus un petit uaisseau escuelle, ou il y auoit
une certeine liqueur à chacune uaisselle.

Le unziesme metz c'estoit un paon
rosty, & pour son condiment il y auoit
une saulse blanche, ou plus tost ferruginée,
qui estoit de foyes pistez, & d'une
precieuse & aromatique composition,
adioustée selon la proportion &
simmetrie, les Espagnolz l'appellent
Garrouchas.

Le douziesme metz c'estoit un monde
tortu, & recroquillé, qui estoit fait
d'oeufz, laict, saulge, farine, & succre:
nous l'appellons saulgret.


227

Le treziesme metz estoit cartiers de
coings confitz auec succre, girofle &
canelle.

Le quatorziesme c'estoient costes de
chardons, pignons, artichaulz, si uous
aimes mieulx.

Les quinziesme, apres que les mains
feurent lauées, toutes sortes de dragées,
comme coriandre, fenoil de Florence,
amandre, anis, giroflat, orengeat, canelat,
dragée musquée.

Et apres ilz feurent amenes ioueurs
de farces, & comoedies, battelleurs, &
ioueurs de goubelletz, et faiseurs de
soubresaulz, ioueurs de bonnes moralitez,
chemineurs dessus les chordes: d'autres
qui de leur bouche contrefaisoient toutes
sortes d'animaulz, de toutes sortes
d'instrumetz à fleutes, ioueurs de lucqs,
orgues, espinetes, guiternes & psalterions,
harpes. En apres à un chacun
metz les torches de cyre blanche faites
en parfum & lymnicques demy dorées

228

aloient deuant, & estoient concauez dedens:
ou il y auoit de toutes sortes d'oyseaulx,
& autres animaulx de quatre
piedz: & d'autant de sortes qu'il y auoit
de touts oyseaulx & autres animaulx
cuictz apportéz à table, autant en y auoit
il des uifz: une chacune table estoit
adaptée auec ses sieges & son buffet:
& ceux qui seruoient aux priuez, estoient
priuez: les ministres cogneuz aux cogneuz:
deuant toutes les autres choses, il
y auoit une silence telle que nul onques
de la secte Pythagorique n'y obserua
iamais. Dieu soit auec toy, de Milan ce
VI. de May M.CCCC.LXXXVIII.

Michaël Nostradamus
Sextrophæanus
faciebat Salone
litoreæ,
1552.


tgl 2001